{Acide Sulfurique} Amélie Nothomb

Je l’ai lu en h, je n’ai pas décroché un seul instant… Un record! Il y avait longtemps que cela ne m’était pas arrivé.

NOTHOMB-Acide-sulfurique-Livre-de-poche-001

Résumé:

Concentration : la dernièretélé-réalité. On enlève des gens, on recrute des kapos, on filme… Tout de suite, le plus haut score de téléspectateurs, l’audimat absolu qui se nourrit autant de la cruauté filmée que de l’horreur dénoncée. Etudiante à la beauté stupéfiante, Pannonique est devenue CKZ 114 dans le camp de concentration télévisé. Zdena, une des kapos, tombe éperdument amoureuse de Pannonique, héroïne du livre et prisonnière connue sous le matricule « CKZ 114 ». La kapo veut absolument connaître son nom, et est prête à tout pour cela, même à tuer les prisonniers qui sont proches de Pannonique. Le bien et le mal en couple fatal, la victime et le bourreau, la belle et la bête aussi. Quand les organisateurs du jeu, pour stimuler encore l’audience, décident de faire voter le public pour désigner les prisonniers à abattre, un tollé médiatique s’élève mais personne ne s’abstient de voter et Pannonique joue sa vie…

 

Avis:

Amélie Nothomb sait mettre en lumière un aspect de la vie, de la société ou de l’être humain qui fait mal, qui blesse et qui dérange et nous en faire prendre conscience. Ici le sujet principal est la téléréalité, mais ce livre traite également de la lâcheté et de la cruauté humaine . Par exemple l’un des détenus sera prête à donner son corps, en échange de sa vie… On évoque également la manipulation, cette même femme sera manipulée pour atteindre pannonique à un certain moment de l’histoire, on y voit de l’obsession, Zdena qui veut à tout prix connaitre le nom de CKZ 114 et une fois qu’elle le sait essaie d’avoir sa confiance, et de l’avoir elle…

On en vient aussi à se demander et à se dire… « C’est peut-être poussé un petit peu à l’extrême mais cela ne risquerait-il pas d’arriver ? » Je pense que cela a le mérite d’être médité de plus ce n’est pas la première fois qu’une œuvre traite de ce sujet: Running Man, Marche ou crève, … Les médias arriveront-ils à de telles extrémités un jour y aura-t-il des gens encore suffisamment sains d’esprit pour empêcher cela ? Il y a de quoi se poser la question à l’heure actuelle tout est possible et ce livre nous en fait prendre conscience, nous avons déjà des émissions pour exhiber son corps, vendre son intelligence…

« Les anges » « les ch’tit » ou encore « secret Story » qu’apportent vraiment ses émissions à l’être humain? On veut se détendre? il y a d’émission pour cela, la télé réalité abrutie les gens et une question m’a réellement interpellée dans ce roman, quels sont les réels responsables . Les organisateurs qui ont eu ne serait-ce que l’idée de cet enfer retransmis sur les écrans? Les politiciens n’ayant pas eu le cran d’arrêter cela? Ou bien les téléspectateurs qui encouragent ses émissions en les regardant, puisque s’ils les boycottaient elles s’arrêteraient et Amélie Nothomb l’a bien compris et retranscris dans son roman, c’est une pépite, une belle découverte, une jolie plume! Le style de l’auteur est particulier mais addictif et nous fait poser les bonnes questions sur ce qui nous entourent…

Publicités

{La table Citron} Julian Barnes 🍋

Résumé:

C’était son congé annuel. Ses deux jours de permission. Il s’était fait couper les cheveux comme d’hab, avait fait nettoyer son blazer comme d’hab. Il était un homme ordonné, avec des désirs et des plaisirs ordonnés. Même si ces plaisirs n’étaient plus aussi intenses qu’ils l’avaient été. Différents, disons. En vieillissant vous ne teniez plus aussi bien l’alcool… Alors vous buviez moins, appréciiez mieux la chose… Et même chose avec Babs – comme il se souvenait de cette première fois avec elle, il y avait déjà tant d’années… Chez les Chinois, le citron symbolise la vieillesse et la mort. La table citron étant celle autour de laquelle on vient en parler, tous pourraient donc s’y asseoir. Sinistre ? Pas du tout. Dans les onze nouvelles ciselées qui composent ce livre, Julian Rames joue sur différents registres, du plus cruel au plus tendre. Il y a du Tchekhov dans ces pages-là – la délicatesse, la retenue – et du Gogol – la dérision, le trait à l’emporte-pièce. Plus un humour inimitable.

Biographie de l’auteur

Julian Barnes est né à Leicester en 1946. Le plus brillant et le plus célèbre des romanciers anglais contemporains est l’auteur de plusieurs romans traduits en plus de vingt langues dont Le perroquet de Flaubert (prix Médicis essai), Love, etc. (prix Femina étranger), England, England et Arthur & George ; de recueils de nouvelles et d’essais, de livres de cuisine et, sous le nom de Dan Kavanagh, de quatre polars. Julian Barnes est aussi à l’occasion traducteur d’Alphonse Daudet.

20170505_203021

Avis:

Toutes les nouvelles parlent de personne avancée dans l’âge. Ils racontent leurs histoires, leurs souvenirs du quotidien. Divers sujets sont traités, la peur (la première nouvelle avec le salon de coiffure) il y a aussi leurs amours frustrées, non consommées, révélées au centre du récit mais qui retombent comme un soufflé (Histoire de Matt Israelson), ou encore ses deux amis qui boivent le thé ensemble où le secret est de mise. Il y a aussi ce vieux militaire qui passe quelques jours seuls tous les ans, pour « l’hygiène », et aussi cet homme qui découvre la vérité sur ses parents et cette femme qui lit des recettes à son mari atteint d’Alzheimer et qui réagit parfois en homme ordonné, parfois en obsédé sexuel, et sa femme se cache le vrai problème qui n’est pas issu que de la maladie mais aussi de la frustration. Et « silence » qui je soupçonne se parler de Kaji Motojirô… ou de sans inspirée, j’ai retrouvé plusieurs liens entre le livre de Kaji Motojirô et « le silence »

Du début à la fin nous apprivoisons la mort à travers les récits des protagonistes. Les textes diffèrent sur la longueur. L’humour de l’auteur est parfois osé mais compréhensible par tous. C’est un bon livre détente, et j’ai aimé l’échange des lettres de Sylvia W à l’auteur!

Henry Jaubert: Il ne s’est rien passé!

Henry JAUBERT

      • Il ne s’est rien passé _ Éditions Baudelaire

Résumé du livre

Il ne s’est rien passé, et pourtant ! Le narrateur, bien malgré lui, est au centre d’une histoire incroyable, qui débute à la chute du mur de Berlin en 1989, et ne connaîtra son dénouement qu’en 2016. Et si la France était passée à côté d’une catastrophe il y a quelques mois ? Au lecteur de faire la part de ce qui relève de l’imaginaire de l’auteur et de ce qui appartient à la réalité. Mais…
et si tout était vrai ? Un conte humoristique et pourtant tout en profondeur et en subtilité. L’auteur, lyonnais d’origine, très attaché à sa ville natale, s’essaye à l’art difficile de l’écriture après une carrière dans le monde des affaires. Il ne s’est rien passé est son troisième ouvrage.

Mon Avis :

Il ne s’est rien passé retrace l’histoire d’un homme qui a été autrefois un homme d’affaires, et qu’une fois à la retraite, il gagne une grosse somme d’argent.
Le cœur de l’histoire est un complot pour qu’un groupe (je tais le nom pour ne pas spolier le livre) veux récupérer pour cela ils se serviront de leurs connaissances pour arriver à leurs fins.

Malheureusement, je ne suis pas allé au bout du livre, je suis totalement passé à côté. J’ai été perdu dans le récit plus d’une fois, je suis revenus en arrière pour une relecture, une meilleure compréhension. Mais rien y fais, je suis passé à côté. Les dialogues et les récits du narrateur sont pour moi mélangé, ne formant qu’un bloc.
L’histoire est intéressante, et je pense laissé un peu de temps pour une relecture, d’ici quelques semaines.

Parce que pour le moment, il ne s’est rien passé, je n’ai pas accroché. Je conseille toutefois le livre, car je suis passé à côté mais VOUS peut-être vous aimerez les complots du super loto !!

Je reviendrais te lire : Henry Jaubert Il ne s’est rien passé, je n’ai pas dit mon dernier mot !

{Le citron🍋} La poésie de Kaji Motojirô

Le citron, l’œuvre inachevée de Motojirô KAJI (est un écrivain Japonais) est une succession de nouvelles comme autant de concentrés de vie, de sensations, d’observation. Ce livre est composé de courtes nouvelles toutes magnifiques ! L’auteur est mort à 31 ans de la tuberculose, et cette maladie transpire dans chacun des pages. Un journal imite, une merveille.IMG_20170413_124849_568

KAJII,_Motojiro_(1901-1932)_Japanese_short-story_writerné en 1901, passera sa courte vie avec une maladie : la tuberculose qui fait des ravages en ce début de siècle. Ce seront d’abord sa grand-mère puis ses frères et sœurs qui seront emportées. Il en sera atteint dès l’âge de vingt ans et les crises de fièvre, d’essoufflement, de douleur, de dépression hantera l’ensemble de son œuvre. Une maladie avec ses hauts et ses bas, mais qui exacerbe les sensations et crée une hypersensibilité à ce qui l’entoure. Les sensations sont décrites avec finesse et poésie, offrant au lecteur un univers insoupçonné à portée de main.

17-04-09-14-48-32-583_deco
Il est très difficile de raconter ce qui se passe dans ces courts récits, la poésie et la magie sont dans chaque phrase. Ces récits se lisent avec les yeux, les mains, le nez, l’oreille… le cœur. Ils se vivent plus qu’ils ne se résument. Il n’y a pas de héros, pas « d’action », juste un homme avec sa maladie, quelques amis, et le monde qui l’entoure et un livre « le citron »

La nouvelle qui ouvre ce livre est le citron. Le narrateur se promène et n’a pas goût à grand-chose (toujours cette maladie qui pèse comme une masse sur sa poitrine), jusqu’à ce qu’il découvre des citrons magnifiques chez la primeur. Il en achète un et tout son être s’en trouve métamorphosé au point de commettre un « attentat artistique ».
Dans L’Ascension de K ou la noyade de K, le narrateur nous dévoile sa rencontre sur une plage avec K, un homme fasciné par son ombre qu’il regarde des heures entières à la lumière de la lune.
Dans Jours d’hiver, un jeune homme très malade nous fait part de ses états d’âme. la mélancolie s’installe devant le paysage d’hiver et ses ombres menaçantes. Puis une grande fatigue le prend dans les rues de Ginza.

Sous les cerisiers, ma préférée, est une très courte nouvelle qui s’ouvre par la fameuse phrase « sous les cerisiers sont enterrés des cadavres ! ». Une nouvelle belle et sombre : les cadavres produisent un liquide cristallin pour abreuver les fleurs. Toute beauté est “tragique”et c’est de cette beauté dont le narrateur a besoin.
Hallucinations instrumentales nous offrent une soirée de concert et décortiquent pour nous toutes les sensations auditives d’un narrateur malade : ravissement à l’écoute des instruments dans la première partie, puis glissement de l’écoute vers les occupants de la salle.
Histoire de la conduite d’eau arrive dans la continuité avec, cette fois, le bruit très faible de l’eau qui s’écoule dans une vieille conduite sous un chemin de montagne. Entre clartés d’une idéale et sombre désespérance : deux représentations d’une même réalité.
Caresses (mon deuxième préféré) font cette fois appelle au toucher : évocation des sensations que l’on éprouve à caresser les oreilles du chat, paix procurée par les pattes du félin posées sur les paupières. Un récit entre douceur et cruauté, entre rêve et réalité.

Le livre fini par Accouplements, le narrateur y évoque des visions nocturnes. Deux chats jouent ensemble et ne s’enfuient que lorsque le veilleur de nuit s’approche, bonheur et insouciance. Puis deux grenouilles : un mâle chante pour une femelle, la femelle lui répond, le mâle la rejoint en nageant. Une des beautés de ce monde.
Ce sont des moments fugaces, des instants précieux, beaux mais douloureux lorsque la maladie rôde et finit par avoir le dessus. L’auteur nous livre ces récits comme un héritage spirituel et poétique, un message pour nous qui ne savons plus contempler : regarder, admirer, profitez de chaque instant de la vie qui nous est offerte, car elle est bien trop courte.

Extrait de Caresse :

« L’oreille du chat est vraiment une drôle de chose. Mince et froide, elle est couverte de poils ras au-dehors et luisante au-dedans, comme la peau d’une pousse de bambou. Elle est d’une matière indéfinissable, à la fois dure et tendre, tout à fait particulière. Depuis mon enfance, j’avais toujours eu une envie irrésistible d’y donner, clac, un coup de poinçonneuse à tickets. Imagination cruelle ? Non. Elle était entièrement due à l’étrange pouvoir de suggestion que possède cette oreille. »

[J’ai Lu des Poèmes:] Envie / De la rose / Mes écrits de longue date 📚

Envie : Pauline Veillé

20170421_082227

« Envie » est un recueil de poèmes de Pauline Veillé. Les mots employés sont audacieux, tendancieux mais jamais dans la vulgarité, tout est écrit en finesse. La lecture est agréable et nous transporte à travers ces lignes d’amour, sur l’homme et la femme.
Chaque poème reflète de la sensualité et comme l’indique le titre « l’envie ».

J’ai beaucoup aimé lire le poème page 11, qui reflète la vie de tout les jours, le manque de communication entre les couples qui est de plus en plus fréquent, ce poème peux sembler trop simple, mais quoi de plus jolie que la simplicité?
Envie est une oeuvre écrite tout en simplicité et en finesse, et je me laisse transporter par tout cela avec envie!


De la croix à la rose: Catherine Ponce-Lasnier

20170421_082217

Catherine Ponce-Lasnier décrit dans chaque poème divers sujet qui touche à chaque sentiment de la vie ordinaire.
L’amour, la solitude, les regrets, la méditation, la foi, la prière, le désir. La lecture est fluide, agréable, et le lecteur s’identifie vite.
J’ai beaucoup aimé lire « solitude », les mots choisis sont en accord avec la relation que nous avons avec la solitude. J’ai ressenti beaucoup de choses à cette lecture, comment la solitude nous emprisonne et comment nous nous en défaisons lentement
Le poème « mon fils » m’a fait  sourire, il ressemble à ce qu’une mère ressent, que va-t-il devenir en grandissant, ou à quoi va-t-il se raccrocher en cas de coup dur? Toute question que l’on se pose quand on regarde nos enfants.
« Silence »… chaque mot, chaque ligne, ont la description parfaite pour le « silence ». Que dire de plus… J’ai été touché par ce poème. « On peut sentir alors la douceur du silence, se laisser emporter comme dans une danse »
Et je terminerais par « Clair Obscur », j’ai été aspiré par les lignes, par les mots, entre lumière et obscurité, entre le bonheur et le malheur, mon coeur a balancé et m’a fait me demander si moi-même j’étais heureuse ou malheureuse, mais finalement ce n’est pas si important « car de toute noirceur une lumière vient »


Mes écrits de longues date: Marielle Legrand

20170421_082205

Tous les poèmes semblent être autobiographique, une jeune fille écrivant tout en poésie, puis elle devient mère, et « Mamie« . Des souvenirs d’enfance touchant, avec une description sur l’amour comme le font les ados, et comme le feraient une mère par la suite.
On s’approprie les mots de l’auteur, comme si ces souvenirs étaient les nôtres, que c’était nous lecteur qui avions vécu tous cela. À la fin du recueil, j’ai ressenti de la tristesse, et un vide. Comme si mon histoire venait de se terminer… Alors j’ai recommencé à lire.
« Besoin de toi » m’a beaucoup parlé, ressentant moi-même le manque de quelqu’un. « Dans la nuit noire » j’ai retrouvé des souvenirs du passé, « Sourire » m’a transporté sur ce que ma vie était, chaque poème, chaque ligne nous transporte vers des souvenirs qui ne sont pas les nôtres et pourtant on y retrouve (pour ma part) une similitude…

J’ai apprécié ces 3 recueils de poèmes, je ne saurais dire si j’ai plus apprécié l’un ou l’autre, car ils m’ont apporté chacun quelque chose de différent, des sentiments que j’ai eus, que j’ai actuellement et que j’aurais dans le futur…

Retrouver ces trois poètes aux Éditions Baudelaire.

Les Edition Baudelaire: Le site Officiel

Vous pouvez me suivre aux adresses suivante:

Instagram => Insta ClochetteKelly

Facebook => LespetiteshistoiresClochetteKelly

Youtube => Youtube ClochetteKelly

Twitter => Twitter Clochette kelly

[Edition Baudelaire]📚Partenariat / Co-livres 📦

Merci tout d’abord aux éditions Baudelaire pour avoir été réceptif et accueillant lors de nos échanges mail. C’est officiel Les éditions Baudelaire et ClochetteKelly sont en partenariat! Je suis toute joie. Tout d’abord, commençons par apprendre « qui » sont les éditions Baudelaire, puis ensuite découvrons les œuvres que j’ai réceptionné. J’appelle ce « book Haul » le Co-Livres, pour marquer le partenariat et la réception des livres. Merci encore a eux pour ce partenariat! 💜

Mais qui sont les Éditions Baudelaire?

Créé en 2007, sur Lyon et Paris, les Éditions Baudelaire propose de mettre à disposition à leurs auteurs, une maison d’édition proche d’eux tout en étant capable de leur assurer un rayonnement national voire international. Leur objectif était d’avoir je cite » une maison d’édition à taille humaine, une collaboration transparente, avant tout une aventure littéraire personnalisée. »

Les Éditions Baudelaire sont également en partenariat avec hachette distribution, les ouvrages de leurs auteurs sont distribués tant au niveau national qu’international. Vous pouvez retrouver les livres publiés sur le site officiel mais aussi dans toute la francophonie et notamment chez nos amis suisses et québécois.

Les Éditions Baudelaire ont écrit sur leur site:
« Nous avons aujourd’hui le grand bonheur d’avoir édité de vrais talents, publié et mis en lumière des auteurs atypiques, et noué de véritables liens qui vont au-delà de la relation d’un auteur avec son éditeur, car publier un livre est avant tout une formidable aventure humaine. »

Vous pouvez aussi envoyez votre manuscrit aux Éditions Baudelaire si vous êtes auteur.

Les Livres réceptionné le 21/04/2017

Dans cette partie je vous présente les livres reçu, avec leur résumé. Retrouvez un avis personnalisé d’ici quelques jours / semaine après lecture sur tout mes réseaux…


20170421_082140

📖 Il ne s’est rien passé  Henry JAUBERT

Résumé:

Il ne s’est rien passé, et pourtant !

Le narrateur, bien malgré lui, est au centre d’une histoire incroyable, qui débute à la chute du mur de Berlin en 1989, et ne connaîtra son dénouement qu’en 2016.

Et si la France était passée à côté d’une catastrophe il y a quelques mois ?

Au lecteur de faire la part de ce qui relève de l’imaginaire de l’auteur et de ce qui appartient à la réalité. Mais… et si tout était vrai ?

Un conte humoristique et pourtant tout en profondeur et en subtilité.

L’auteur, lyonnais d’origine, très attaché à sa ville natale, s’essaye à l’art difficile de l’écriture après une carrière dans le monde des affaires. Il ne s’est rien passé est son troisième ouvrage.


20170421_082205 📖 Mes écrits de longue date De Marielle LEGRAND (Auteur)

Résumé:

Écrire un livre, le rêve d’une ado de 14 ans… Mais voilà, j’avais 14 ans, et pourtant rien n’était possible.

J’avais l’impression de ne plus rien savoir à cause de soucis, qui m’avaient pris jusqu’à mes rêves. Alors j’écrivais, et ce qui me venait, arrivait en poésie ! « Des crêpes Suzette… »

Nous étions en 1986 et j’avais envie de croquer la vie quand même. Même si je pensais ne jamais pouvoir être maman, ne jamais pouvoir conduire, ne jamais pouvoir… écrire.


20170421_082217 📖 De la croix à la rose De Catherine Ponce-Lasnier (Auteur)

résumé:

Ecrire afin d’essayer de partager l’ineffable, l’expérience ultime. L’envie de marcher ensemble sur ce chemin de croix souvent ardu. Tenter de laisser s’ouvrir le cœur et à l’intersection de notre verticalité divine et horizontalité humaine pouvoir cueillir la rose.


20170421_082227 📖 Envie De Pauline Veillé (Auteur)

Résumé

Je mets la dentelle
Me trouves-tu belle?
J’aime que tu le dégrafes
Que tu me malaxes tendrement
J’aime aussi quand tu es violent doucement
J’aime être plaquée désirée
Que ma culotte soit mouillée
Que de belles nuits passées
A se sucer, se lécher
J’aime cette odeur sur ma peau
Avec il fera toujours beau.

20170421_082240 📖 T.I.E.G de Guillaume PONCELET (Auteur)

Résumé:

L’Humanité a été séparée en deux.
Une partie s’est entièrement tournée vers la technologie alors que l’autre, l’abandonnant complètement, vit recluse sur une planète éloignée des systèmes technologiques.
Mike Plant, un jeune boissérien de troisième cercle, en a assez de vivre en autarcie. L’univers l’appelle, et il est bien décidé à lui répondre!
Pour le meilleur et surtout pour le pire, le voilà embarqué dans des aventures qui lui feront découvrir des mondes entièrement inconnus, et un tout autre mode de vie régi par les nouvelles entreprises interplanétaires ayant pris le pouvoir, les multisys.
                                                        Quitte même à ce qu’au détour d’un chemin, il se découvre lui-même.

Les Edition Baudelaire: Le site Officiel

Vous pouvez me suivre aux adresses suivante:

Instagram => Insta ClochetteKelly

Facebook => LespetiteshistoiresClochetteKelly

Youtube => Youtube ClochetteKelly

Twitter => Twitter Clochette kelly

[Film] Swiss Army man « WTF? »

Swiss Army Man
Origine du film : Américain
Réalisateur : Daniel Kwan
Genre : Comédie dramatique, Fantastique, Aventure
Durée : 1h 37min
Année de production : 2016
Acteur(s) : Daniel Radcliffe, Mary Elizabeth Winstead, Paul Dano

Résumé:

Hank, un homme désespéré errant dans la nature, découvre un mystérieux cadavre. Ils vont tous les deux embarquer dans un voyage épique afin de retrouver leur foyer. Lorsque Hank réalise que ce corps abandonné est la clé de sa survie, le suicidaire d’autrefois est forcé de convaincre un cadavre que la vie vaut la peine d’être vécu..

Mon Avis:

Du début à la fin nous sommes transporté dans le WTF. Un homme seul perdu au milieu d’une île souhaitant se suicider est amener à trouver un cadavre et à vivre une aventure hors du commun.

Ce film ne ressemble à aucun autre, même si tout semble tragique, tout reste comique, on en perd pas une miette! Le scénario est simple et efficace, avec seulement deux acteur, et la nature, j’ai trouvé ce film « beau ».

Ce film a toutefois une morale, la vie vaut la peine d’être vécu et que toute petite chose peuvent rendre heureux.

On se demande si son imagination va à un moment ou à un autre l’arrêter et le faire redescendre sur terre. Je n’ai pas compris le motif du suicide, peut-être ai-je loupé quelque chose?

a voir au moins pour la curiosité, ma note sera  4 / 5

#ClochetteKelly

 

📚|03.04.2017|Patrice Pelissier |L’ange et le loup|📚

Résumé:

20170403_214226-1

1996, Estrain, village perdu au cœur des montagnes, se meurt lentement.

Un matin, le facteur découvre dans « la ferme aux volets bleus », habitée par un couple de marginaux et leur fille, le corps ensanglanté de la jeune femme.

La fillette et son beau-père ont disparu. Où sont-ils ?

Serge, très proche de la petite, mobilise les villageois pour la retrouver. Il pressent une lourde menace pesant sur elle.

Dix ans plus tard, un nouvel orage vient assombrir le ciel d’Estrain et réveiller les consciences endormies, et pas si tranquilles.

Quels liens existent-ils entre les deux drames ?

Un ange peut-être…


17-03-31-14-30-59-175_deco

J’ai fraîchement terminé ma lecture, mon petit challenge d’Avrilavec Once Upton Book… voici mon verdict!

Mon avis

L’histoire démarre sur la tragédie de 1996, par la suite on suit les personnages « clé » de l’histoire, Le maire, Serge l’agriculteur, le journaliste, Myriam la femme de serge, et à travers eux nous découvrons Mathilde, la jeune de 11 ans tué par son beau père… Nous suivrons aussi Richard le Mono-alcoolo avec ses collègues Isabelle et David qui gère une colonie (10 enfants) dans la fameuse fermette au volets bleu peint en bordeaux…

Jusqu’au chapitre 11 environs, je trouve l’histoire lente et répétitive, pas in-intéressante car cela développe les personnages, mais très lente. On apprends peu à peu quel genre de gamine était Mathilde, la vie qu’elle menait… et surtout la relation spécial qu’elle avait avec serge, un père de cœur on dira. Bien que cela ne soit pas mentionné dans le roman, je l’ai ressentis de cette façon. La fillette avait un refuge chez Serge et Myriam, un cocon, un terrain de jeu, sans souffrance. A cette ferme là elle découvrira la vie, ce qu’est le bonheur…

Bout de bonheur qui s’envolera bien trop vite

pour une enfant de 11 ans… tel un oiseaux qui volera vers d’autre horizon…

Le village est représenté comme « on voient, on ne dis rien, ce n’est pas nos affaires ». ce qui dans la vie de tout les jours se faits. Non assistance à personne en danger. Le village à connaissance des dangers, des actes du beaux-père mais ne fait rien malgré que Serge ai sonné l’alarme, rien y faits, tout le monde ferme les yeux jusqu’au drame, où dans un mutisme ils se sentirons coupable mais n’en diront rien. « Ce n’est pas nos affaires, on ne se mêle pas des affaires des autres ».

Après le chapitre 11 nous découvrons donc que les gens du village, sont fermé à toute possibilité de parler de cette tragédie. Le journaliste se retrouve face à des carpes, à des murs… On se demande s’il arrivera à avoir un bout d’info pour son reportage… (Je ne dirais que cela pour ne rien dévoilé)

Je noterais que l’auteur à beaucoup misé sur les descriptions du villages, des maisonnettes, des fermettes, à travers ses mots, je peu très bien me projeter à Estrain, en Auvergne (Ayant vécue dans cette région il m’est encore plus facile de visualisé en imaginant mon propre village avec un autre nom, d’autres gens etc…) Chaque détails du village est bien décrite et je ressens la beauté du village, j’ai presque ressentis l’orage, le vent dans mon imagination… Chaque mots qui décrivaient Estrain m’as emporté dans des rêveries naturel (j’entends par là, la nature même du village, le vent, l’orage, l’herbe, le paysage etc…)

Quand à la colonie, cela est développé tard, les moniteurs ont pris presque chacun 1 chapitres (donc 3 au total) pour lire leur parcours, pour qu’on puisse se faire une idée de quel genre de personnes vont devoir s’ occupé de 10 gamins…Isabelle la »gérante » rigide, Richard, un alcoolo et David… dont je ne cerne pas le personnage. Les enfants ne sont pas plus développé que ça… Jusqu’à la seconde tragédie…

Conclusion:

20170403_214033

Lenteur, rêverie, sans surprise.

Mais agréable à lire. Et la fin est belle!

Je lui mets une note de 4/5.

C’est un bon roman avec des petits défauts.

NC*:Quand à l’envoie de Once Upton Book, j’ai trouvé cela lent et loin des attentes que me vendait le site. Il n’y a pas de marque page comme promis. L’enregistrement est long jusqu’à la réception du colis, toutefois l’envoie est soigné, et le livre est neuf sans aucun plis, ou abîmé. L’expérience est à tenté une fois, mais les avis reste négatifs (sur les groupes facebook) pour ma part je suis mitigé.

#ClochetteKelly

*NC: Note Clochette

 

📚|Challenge Avril|Once Upton Book|Patrice Pelissier |L’ange et le loup|

📚|Challenge Avril|Once Upton Book|Patrice Pelissier |L’ange et le loup|

17-03-31-14-30-59-175_deco

Il est enfin là, il est arrivé!!! Je l’attendais avec impatience. Commandé en Fin Février, je ne pouvais donc pas avoir celui de Mars, il m’as fallu attendre jusqu’à ce jour…

Once Upton Book propose un challenge chaque mois, avec un livre à thème, ce mois-ci ce serais donc thriller… Le livre sans compter les frais de ports sont à 7 euros, après calcule des FDP on arrive vite à 14 euro.

*******************************************

Editeur : Editions Retrouvées

ISBN : 9782365591034

Parution : décembre 2014

Pages : 208

Format : 14 x 21 cm

**************************************************

Résumé:

1996, Estrain, village perdu au cœur des montagnes, se meurt lentement.

Un matin, le facteur découvre dans « la ferme aux volets bleus », habitée par un couple de marginaux et leur fille, le corps ensanglanté de la jeune femme.

La fillette et son beau-père ont disparu. Où sont-ils ?

Serge, très proche de la petite, mobilise les villageois pour la retrouver. Il pressent une lourde menace pesant sur elle.

Dix ans plus tard, un nouvel orage vient assombrir le ciel d’Estrain et réveiller les consciences endormies, et pas si tranquilles.

Quels liens existent-ils entre les deux drames ?

Un ange peut-être…

Patrice Pelissier est né à Aurillac en 1968. Il a vécu à Clermont Ferrand pendant plus de vingt ans. Après une licence de droit, sa passion des livres l’a rattrapé.

Il a été libraire, chargé des relations presse et commercial pour une maison d’édition. L’ange et le loup est son premier roman. Il a écrit également L’Homme qui en voulait trop, Le destin d’Alice, Le testament noir.

#ClochetteKelly

📚|Read finished|La cicatrice.Bruce Lowery|📚

La Cicatrice est un roman écrit en français par l’auteur américain Bruce Lowery en 1960. Il raconte l’histoire de Jeff, raillé par ses camarades à cause de sa « cicatrice », qui sombre peu à peu dans une coupable solitude. Cet ouvrage a été récompensé par le prix Rivarol en 1961 et prix de l’Académie française en 1962
la-cicatrice4
Auteur : Bruce Lowery
Date du copyright : 1960
Résumé:
C’est l’histoire d’un petit garçon qui souffre d’une horrible malformation : une cicatrice, comme l’indique le titre. Son nom est Jeff. Il subit les moqueries, les insultes, jusqu’au jour où il trouve l’amitié en la personne de Willy, le  » meneur  » de la classe. Sa vie s’en trouvera changée…

Analyse/ Avis
Le titre est court, composé d’un seul nom et d’un déterminant, pouvant avoir plusieurs significations par rapport au contenu. La cicatrice, peut être interprétée physiquement par une marque sur la peau et qui reste indélébile. Mais aussi, la cicatrice représente quelque chose de marquant qui reste gravé en nous à vie : la cicatrice psychologique.
Au début du roman, la cicatrice est le bec-de-lièvre qui perturbe énormément le jeune Jeff. Mais, au fur et à mesure que nous avançons, elle prend moins d’importance et laisse davantage de place à la cicatrice psychologique.
Parlons justement de Psychologie, ce roman en est…  Jeff (nous lisons son point de vue) exprime souvent ses sentiments, ses pensées, ce qui nous permet de comprendre sa vie intérieure. Nous connaissons, à chaque moment (ex : les prières, les moqueries, le vol…) ses sentiments les plus profonds.
La cicatrice symbolise la souffrance, la solitude, la différence, l’exclusion, tant d’aspects de l’humanité ! Le récit nous apprends la vie du quotidien.
On peu retenir une sorte de transfert, en effets, Jeff vole les timbres et plutôt que d’avouer sa faute, il rejette tout sur la faute de Ronald et réussira même à lui faire porté le chapeau, il transfert toute sa colère sur ses proches, plutôt que d’avouer sa faute et de demander pardon…
La cicatrice est un livre de poche qui possède une couverture souple. Lorsqu’on observe cette même couverture, on peut y voir un jeune garçon de dos qui regarde par dessus un mur, mais la couverture n’est pas si importante puisqu’elle change. Mais un garçon de dos est toujours présent.
Le titre est au premier abord intrigant. Par la suite, on se rend compte qu’il prend une signification plus profonde. Il est donc très significatif par rapport au contenu développé.
L’histoire est courte et intéressante, le vocabulaire est simple. Les mots sont faciles à comprendre, cette histoire est à la fois captivante et assez particulière.
J’ai beaucoup apprécié le bel esprit de famille particulièrement touchant. La confiance qu’éprouve les parents pour leur enfants, la fierté qu’ils ont pour eux, et leur bonnes action. Je pense que c’est aussi pour cela que Jeff ne se résous pas à cracher le morceaux, de peur de perdre cette confiance, ce regards rassurant et de les décevoir…Il est rare de trouver une telle complicité et une telle confiance au sein d’une famille.
Les chapitres ne sont ni trop courts, ni trop longs. De plus, ils sont variés : amitié, déception, insultes, vol…
J’ai été toutefois attristé et déçu par la mort de Bubby, ce qui laisse à Jeff l’impression que tout est de sa faute.Je  ressent une énorme tristesse à la fin du roman, et me laisse sans voix. La sensibilité qui est durement mise à l’épreuve…
Ce n’était pas vraiment nécessaire, mais une fin plus heureuse aurait-il laissé un message de moralité? je ne suis pas sûre. On ouvre la roman avec une cicatrice physique et on le referme avec une cicatrice intérieur et psychologique…
La sensibilité qui est durement mise à l’épreuve…
#ClochetteKelly